Une exposition pour allier et art et handicap

Allier art et handicap, retour sur une exposition inédite à l’Espace Icare

Association loi de 1901, l’Espace Icare est une maison des jeunes et de la culture soutenue par la ville d’Issy-les-Moulineaux. Ses missions touchent un champ socio-culturel très large, avec près de 2 800 adhérents.

Du mercredi 25 au jeudi 29 juin derniers, l’Espace Icare a accueilli une exposition inédite, entièrement composée d’œuvres réalisées par des personnes accompagnées au sein de Solipolis Issy-les-Moulineaux et Meudon. « La quête de l’identité à travers l’art » invitait néophytes, amateurs et artistes confirmés à découvrir nombre de créations inédites et originales.

Allier art et handicap

Depuis 7 ans maintenant, Walaa DAKAK anime un atelier peinture au sein de l’ESAT Yvonne Wendling, devenu Solipolis Issy-les-Moulineaux le 1er janvier dernier. Chaque semaine, les professionnels en situation de handicap sont invités à prendre 2h pour venir créer et s’exprimer à travers l’art. Par groupe de 7 ou 8, ces artistes en herbe viennent chercher, essayer, sans viser la perfection mais pour suivre une réflexion.

Pour Walaa, c’est le cheminement qui compte. Se poser des questions, en poser aux autres, que chacun explique pourquoi il a choisi de créer sur une sujet particulier.

L’organisation de cette exposition, comportant par ailleurs de belles créations photographiques en plus des peintures, est également le fruit de l’investissement de personnel encadrant telle que Maria-Esther Katzenelson, psychologue.

Rendre l’art concrètement accessible à tous

Tout d’abord, des exercices pratiques sont organisés pour permettre à chacun d’apprendre la technique. Grâce à cette base pratique, les participants peuvent ainsi gagner en confiance. Le but est de leur donner tous les outils nécessaires pour s’exprimer pleinement.

Toutefois, chacun ne va pas réceptionner cette première étape de formation de la même façon. Walaa souligne notamment que la grande diversité de participants implique que chacun n’exprime pas la même motivation. Pour lui, cette dernière passe en premier lieu par la valorisation du travail de création. C’est pour cette raison que Walaa incite ses élèves à signer leurs œuvres, tels de réels artistes. Il prennent ainsi conscience de la valeur de leur réalisation.

Une fois ce temps de formation passé, vient le temps de la création. Walaa demande alors à chacun de partager un plaisir, un message qui leur tient à cœur. De nombreuses personnes en situation de handicap ont une volonté de s’engager. L’art doit les aider à exprimer cette volonté d’engagement. L’une des plus belles récompenses de cet engagement, souligne Walaa, reste l’étonnement affiché par les visiteurs de l’Espace Icare.

In fine, Walaa espère que ces ateliers de création artistique permettront que davantage d’initiative soit laissée aux personnes en situation de handicap. Il rappelle la nécessité d’écouter les personnes accompagnées, sans les diriger. « Ne pas travailler pour eux, mais avec eux. »

Une exposition inédite à l’Espace Icare

À la suite d’un prise de conscience, il y a 20 ans de cela, sur le handicap, les équipes de l’Espace Icare ont profité de la construction d’un nouveau bâtiment, pour que le sujet de l’accessibilité soit davantage pris en compte. Le conseil d’administration de l’époque voulait alors que les différentes activités proposées fassent la part belle aux projets en rapport avec le handicap.

Après un atelier cirque initié en 2003, le projet s’étend. Il touche la musique, l’écriture, la danse ou encore les échecs. Ce sont alors tout autant de collaborations et de liens qui se tissent avec les ESAT et CAJ avoisinants. L’Espace Icare a in fine ouvert ses ateliers tout public aux personnes en situation de handicap. Ce sont ainsi de 20 à 30 personnes qui s’intègrent dans des groupes dits « ordinaires » chaque saison.

Nous avons pu échanger avec Jean-Philippe BRUN, Directeur de l’Espace Icare, autour de l’organisation de cette exposition. L’occasion d’aborder, plus globalement, la place du handicap dans le monde de l’art :

Il y a une créativité impressionnante. Ce sont des personnes qui s’expriment beaucoup, qui sont heureuses de trouver un lieu d’expression culturelle, entourées par des intervenants professionnels. J’ai été très surpris du rendu de leurs travaux, qui n’a rien à envier au travail des personnes dites « ordinaires ».

Jean-Philippe BRUN

Jean Philippe BRUN revient en effet sur l’ambition commune qui anime l’Espace Icare et Solipolis Issy-les-Moulineaux. Celle de permettre aux personnes en situation de handicap de disposer d’intervenants de qualité.

Le sujet de l’accès à du matériel professionnel est également essentiel. C’est pourquoi l’Espace Icare appuie des projets tel que le spectacle Emoi et moi. Mis-en-scène par la compagnie Lez{ar{, cette dernière a pu faire une représentation dans un salle dédiée à l’art théâtral. L’occasion pour la compagnie de profiter de matériel professionnel pour se produire.

Le directeur de l’espace Icare évoque également le sentiment de fierté. Notamment lorsque les personnes en situation de handicap découvrent leurs œuvres exposées :

Un moment marquant reste l’instant où Manon (une professionnelle accompagnée en ESAT et travaillant en tant qu’agent d’entretien à l’Espace Icare), ressentis une grande fierté en retrouvant ses peintures accrochées aux murs de l’Espace Icare. Tous les jours, pendant son travail, elle arpente les couloirs et salles d’exposition. Cette fois, c’est son propre travail qu’elle a eu la joie de voir exposé !

Jean-Philippe BRUN

Les personnes en situation de handicap ont ainsi accès à l’art. Non pas seulement en tant que public, mais en tant que véritables acteurs de la création artistique.

L’Espace Icare se donne pour objectif de répondre à la question « Comment dépasser la peur du handicap ? ». Pour Jean-Philippe BRUN, la réponse se trouve dans une quête continue de l’inclusion. Au sein de l’ensemble des activités artistiques proposées par la structure. L’atelier danse a par exemple ouvert ses portes à tous les publics. Le seul critère demandé ne dépend donc pas du handicap de la personne mais uniquement de sa passion pour une pratique artistique.

L’intégration de personnes en situation de handicap dans des groupes a toujours été une réussite. Leur présence au sein des différentes activités, avec des personnes n’ayant pas de handicap, s’est à chaque fois révélée être un plus.

Jean-Philippe BRUN

Une exposition traduisant les bienfaits du lien entre art et handicap

Les bienfaits de la peinture pour les personnes accompagnées, Ludovic, un de nos artistes en herbe, nous en parle :

J’ai découvert la peinture il y a 2 ans en commençant l’activité par curiosité et je suis présent chaque semaine !

J’avais beaucoup d’imagination, de pensées, que je voulais exploiter. La peinture m’aide à le faire, ça me détend, je peux créer des choses intéressantes. J’aime beaucoup créer des histoires.

Je vais à mon rythme quand je peins. J’aime ça et je veux continuer à peindre l’année prochaine !

Ludovic, artiste en herbe, accompagné à Solipolis Issy-les-Moulineaux

Pour Walaa, ce qui reste le plus marquant dans les réalisations de Ludovic est le message humain qu’il aime transmettre à travers ses œuvres. Nous pouvons notamment l’observer dans ses trois œuvres. Dès la première, Ludovic met en scène un sportif encourageant un athlète paralympique. Ludovic essaye ici de dépeindre ce qui représente pour lui une valeur humaine essentielle : l’entraide et le soutien pour le dépassement de soi !

Ne manquez pas le prochain rendez-vous donné à l’Espace Icare… une nouvelle exposition photographique inédite ! Julien MARTIN, professionnel en situation de handicap chez Solipolis Issy-les-Moulineaux, revient sur la beauté des animaux et de la ferme. Du 17 septembre au 11 octobre, « Escapade Normande » vous propose une sortie en nature grâce à de nombreux clichés.

Bravo à l’ensemble des professionnels en situation de handicap de Solipolis Issy-les-Moulineaux (anciennement ESAT Yvonne Wendling) et Solipolis Meudon (anciennement ESAT Georges Dagneaux et Susanne Lawson) pour la réalisation de ces belles œuvres présentées.

Un remerciement tout particulier est à adresser à l’ensemble des personnes ayant œuvré pour le succès de cette exposition :

Maria-Esther KATZENELSON, Pauline GEUJON, Arthur ZELLER, Jean-Philippe BRUN et bien entendu Walaa DAKAK.

Leur investissement prouve que l’art est un formidable moyen d’expression et de recherche d’identité pour les personnes en situation de handicap !

Retour sur un échantillon des différentes œuvres présentées et quelques croquis pensés à l’approche des Jeux Olympiques de Paris 2024 :

Articles similaires

Begin typing your search above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Retour en haut