ESAT Hors-les-murs Trajectoires Emploi… Le double défi de l’emploi & de l’inclusion, par Manisha Nathan, chargée d’insertion.

L’ESAT Hors-les-murs Trajectoires Emploi est un dispositif d’accompagnement vers l’emploi des personnes en situation de handicap. L’établissement de Suresnes, qui fait partie du mouvement Unapei 92 accompagne annuellement une 40e de personnes. Rencontre avec Manisha Nathan, chargée d’insertion au sein de la structure.

ESAT Hors-les-murs Trajectoires Emploi… vous nous présentez la structure ?

Nous sommes une petite équipe de 8 personnes : un pool de 4 chargés d’insertion, coachés par une cheffe de service et nous sommes appuyés dans notre travail par une conseillère en économie sociale, une psychologue et une assistante administrative.
Nous accompagnons à l’année une quarantaine de personnes dans leur parcours vers l’emploi… Ils ont tous les âges (de 18 à plus de 55 ans), tous les parcours de vie, certains ont des diplômes de premier niveau (BEP / CAP, Bac pro), d’autres ont des parcours scolaires plus limités.

En quoi consiste le travail de chargée d’insertion ?

Mon métier, c’est de l’écoute, de la recherche d’info et du soutien, afin de permettre à la personne suivie d’être le plus employable possible, d’avoir une meilleure estime de soi, de gagner en confiance.
Quand nous recevons une personne, nous définissons avec elle, au cours de plusieurs entretiens son parcours vers l’employabilité. Quels sont les secteurs qui l’intéresse ? Quelles sont ses aptitudes, ses compétences ? Quelle est sa capacité d’autonomie ? Etc…
Une fois un projet défini, nous allons vers des mises en situation professionnelles, dans différents environnements de travail. Cette phase nous permet aussi de définir des formations si besoin, pour aider la personne à progresser.
Et ensuite, c’est le « grand bain », vers un poste au sein d’une structure.

Je dis souvent, quand la personne arrive chez nous : vous arrivez avec une valise et mon objectif c’est de vous accompagner pour remplir cette valise avec vous ; une valise remplie d’expériences, de compétences, pour permettre à la personne accompagnée de mettre toutes les chances de son côté.

Et la relation avec l’entreprise / la collectivité cliente ?

Pour approcher les « futurs employeurs », c’est d’abord de la prospection, je vais aussi sur les salons et forums professionnels (salon du handicap, forum emploi). Dans notre activité, on utilise aussi beaucoup les réseaux sociaux pour contacter les décideurs. Et c’est également le bouche à oreille. Quand une entreprise est satisfaite, elle nous donne très souvent des « tuyaux » pour avoir de nouveaux contacts.

Pour définir le projet individuel de la personne accompagnée, je suis le plus souvent en contact avec le service RH et la mission handicap dans l’entreprise. 

En général, nous débutons par un contrat de mise en situation professionnelle pour évoluer ensuite vers un contrat de mise à disposition. Comme pour tout salarié, la structure accueillante à des exigences et attend un vrai travail de la part du collaborateur accompagné.
J’accompagne à l’année une 10e de personnes.

Au début de la relation « personne accompagnée – entreprise », je suis présente 1 à 2 fois par semaine, on espace ensuite ces temps de présence mais on est toujours en contact avec la personne (par sms, par mail, ou tel), c’est un gros travail de médiation. On fait régulièrement le point sur l’intégration, les missions confiées, les axes de progrès, … Au fil des mois, plus la personne gagne en autonomie, moins je suis présente.

Et ce sont aussi des contacts très fréquents avec le tuteur dans l’entreprise et l’équipe qui entoure au quotidien la personne accompagnée.

Quelle est la perception des autres collaborateurs qui reçoivent un salarié accompagné dans leur service ?

Accueillir une personne accompagnée au sein du service d’une entreprise, c’est accueillir tout simplement un nouveau collaborateur. Il est cependant nécessaire d’expliquer en amont au sein du service qui va accueillir, pourquoi l’entreprise a fait le choix de donner une chance à une personne accompagnée. Et ici je souhaite souligner l’important travail fait par la structure qui accueille la personne accompagnée, c’est essentiel pour la réussite de la relation.

Et nous avons de nombreuses belles histoires de parcours à raconter. Les personnes accompagnées progressent, évoluent et s’épanouissent, certains font de très beaux progrès, alors qu’elles arrivent chez nous souvent timides, avec peu d’assurance et beaucoup d’appréhension quant à leurs capacités.
Nous sommes aussi là pour donner confiance.

Y a-t-il des secteurs d’activités / des profils d’entreprises ou de collectivités privilégiés pour ce type de partenariat ?

Nous travaillons beaucoup avec la grande distribution pour des postes de préparateur / livreur de commandes et des postes d’employé libre-service. Nous sommes aussi présents dans le secteur de la restauration collective (restaurants d’entreprises, établissements scolaires ou restauration rapide), pour des métiers d’équipier polyvalent.
Et de nombreux parcours se développent autour des fonctions administratives (dans des grandes entreprises ou le monde associatif), dans des services comptables, service paie et sur des postes d’hôtes – hôtesses d’accueil.

Et pour conclure, si on vous pose la question…
Pourquoi aimez-vous votre métier ?

Pour les relations humaines,
Pour un quotidien qui ne se ressemble pas, aucune routine,
Pour l’évolution et la réussite des personnes accompagnées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut